Optimisation de l’isolation

Optimisation de l’isolation

Sur notre page dédiée aux fondations de notre maison en madriers Kontio, consultable ici , nous avons parlé du principe d’isolation de notre dalle béton grâce au foamglas ajouté en nez de dalle

Voici désormais une vue en coupe de ce que cela donnera :

vue des fondations - maison-en-madrier.fr
vue des fondations

Le Foamglas T3+ collé en nez de dalle béton permet une rupture de pont thermique.
Le lambda du Foamglas T3+ étant de 0,036 W/(m.K)
La fiche du T3+ est consultable ici

Les 2 couches de TMS, que nous avions prévu à l’origine sont désormais inutile, nous avons choisi de créer un plancher technique isolé grâce à du Steico Floc car nous avons besoin de cet espace pour le passage de nos réseaux.

Pour conclure, l’ajout du Foamglas T3+ tout autour de notre dalle béton sera un atout considérable contre les ponts thermiques.

Nos fondations

Nos fondations

Nos fondations pour la construction de notre maison en madriers massifs empilés seront de type semelles superficielles.
En effet, après les résultats de l’étude de sol montrant un sol de bonne à très bonne compacité et la présence du calcaire à faible profondeur, il a donc été décidé avec notre maçon de partir sur des semelles superficielles avec une dalle sur terre plein.

Nos fondations - maison-en-madrier.fr
Droit d’auteur: sframe / 123RF Banque d’images

La très bonne portance du sol justifie donc cette solution.
Elle est de plus économiquement plus intéressante.

Le terrain sera donc décapé en surface et il sera fait des encrages dans le calcaire.
Au minimum de 30 cm et en respectant la côte du hors gel.

Nos fondations maison-en-madrier.fr

Un mur en parpaings sera monté sur ces semelles superficielles, jusqu’à la hauteur de la dalle finie et en pensant bien à ce que celle-ci dépasse du sol fini d’au moins 20 à 25 cm.
(pour protéger le lambris extérieur et pour assurer le passage de l’air dans la lame de ventilation)
Il y aura un enduit d’étanchéité sur ce mur de parpaings et un drainage périphérique.

Les réseaux

Ensuite, les réseaux seront passés, telle que les évacuations, l’arrivée d’eau et les arrivées d’électricité et de téléphone.

Une fois ce remblai mis en place et compacté, la dalle pourra être coulée.
Pour fixer les premiers madriers sur la dalle, un coffrage sera mis en place autour de la dalle béton.

Un puits canadien à eau glycolée

Ensuite, nous avons évoqué avec le maçon, notre souhait de mettre en place un puits canadien à eau glycolée afin de le raccorder sur notre VMC Double flux.
En effet, le puits glycolée permettant de rafraîchir l’air en été et de le pré-chauffer en hiver.
Une page sur le puits à eau glycolée est disponible en suivant ce lien

Nos fondations maison-en-madrier.fr

Nous voulions pouvoir trouver une solution pour nous éviter un surcoût de terrassement pour la réalisation de ce puits canadien à eau glycolée.

Après prise de contact auprès du fabricant Zehnder, nous avons opté pour l’enfouissement du PEHD de 32 mm dans le fond de notre tranchée technique.

En effet, celle-ci fait 50 m de long.
Aussi, en effectuant un aller/retour, nous avons bien les 100 m de longueur demandée.
Nos fondations - maison-en-madrier.fr

La profondeur du réseau de puits canadien est importante.
Plus c’est profond, mieux c’est.

Pour notre cas, il sera à seulement 1 m 10 au départ pour atteindre 1 m 80.

Dès le premier coup de pelleteuse sur le chantier, nous vous montrerons toutes les étapes en photos…